Aller au contenu principal

Raconte-moi ta coop : La Coop Purdel

La Coop Purdel

Photo : Laurie-Edwidge Cardinal

 

David Cimon, de la Ferme Cimon, située au Bic, et le maire de Rimouski ont plus en commun qu’ils ne le pensent – dont une histoire liée à La Coop Purdel.

 
Une coopérative centenaire, mais toujours proche

David Cimon en connaît un bout sur la Coop Purdel. Normal, puisque son grand-père et son père y ont tous deux siégé comme administrateurs. Si, pour sa part, il laisse à d’autres les tâches de représentation à Purdel, il demeure fidèle aux réunions administratives et aux journées techniques qu’elle offre. Il réservait d’ailleurs sa journée du vendredi pour assister à l’assemblée générale annuelle, quand il a été question de planifier un moment pour répondre aux questions du Coopérateur. « Si on a quelque chose à dire, on peut le faire, c’est ouvert, déclare David au sujet des assemblées. On peut discuter avec nos dirigeants et eux aussi veulent nous entendre. » 

Deuxième enfant d’une famille de cinq, David a toujours su qu’il travaillerait en agriculture. Il a repris entièrement la ferme familiale en 2008, avec sa conjointe, Geneviève Riverin. Bien qu’il soit officiellement à la retraite, son père, Jacques, donne encore un coup de main. David est heureux de pouvoir compter sur son expérience, surtout dans les périodes plus difficiles pour un producteur laitier, comme c’est le cas ces temps-ci. Avec son troupeau de 70 vaches et ses 50 animaux de remplacement, ce n’est pas évident de faire face aux défis de Mère Nature. La région du Bas-Saint-Laurent est aux prises avec une sècheresse depuis au moins deux étés. David n’a même pas pu récolter de deuxième et troisième coupes de foin l’été dernier. Il est à la recherche de solutions pour remplir ses silos et il a d’ailleurs participé à une journée technique de Purdel sur le sujet.

 

Un évènement rassembleur

L’été rime avec travail, mais aussi avec festivités. Depuis plusieurs années, la famille Cimon participe à l’Exposition agricole de Rimouski – ou plutôt les enfants de David et Geneviève. David est un ancien membre des Jeunes ruraux, et c’est au tour des enfants d’exposer et de présenter leurs animaux.

David tire son chapeau à Purdel : elle a eu l’initiative de créer une section spéciale pour héberger les animaux des jeunes exposants et, surtout, de demander à des bénévoles de superviser les bêtes ainsi que les jeunes. « Pendant la semaine, les gens de la Coop aident les jeunes et leur montrent comment ça fonctionne, ce qu’il faut faire, explique David. Ça leur fait apprendre d’une manière qui est peut-être mieux reçue que si c’était par nous. Ils voient aussi c’est quoi la Coop. Ça reste amusant et familial. » L’expérience semble avoir porté ses fruits dans le cas de son aîné, Annie, qui a participé aux activités de Purdel et fréquente maintenant avec bonheur le campus de l’ITA de La Pocatière. Un plaisir contagieux, aussi, puisque ses deux frères et une de ses sœurs ont déjà fait savoir qu’ils aimeraient être de l’édition de l’expo de cette année. Un autre été occupé pour les Cimon!

m

Marc Parent, maire de Rimouski, une capitale économique et agricole

On dit souvent que le monde est petit. Le Coopérateur en a eu la preuve en discutant avec le maire de Rimouski, Marc Parent. Ayant plus de 90 ans d’histoire, la Coop Purdel est une institution dans le coin. Marc Parent est bien placé pour le savoir, puisqu’il a été conseiller au Bic, où cette coopérative a vu le jour et où se trouve encore son siège social. Mais les liens sont encore plus étroits. Il raconte : « C’est un parent éloigné, mon grand-oncle Oscar Parent, qui a fondé la Coop [appelée à l’époque Société coopérative agricole de Sainte-Cécile-du-Bic]. J’ai eu la chance, quand j’étais jeune, d’aller chez son fils, mon oncle Maurice, et de faire les foins. Ce sont de beaux souvenirs de jeunesse. » 

Rimouski est reconnue comme un pôle économique et scientifique axé sur les sciences de la mer, mais Marc Parent n’écarte pas son héritage et son rayonnement sur le reste du territoire. « Rimouski est une capitale régionale, dit-il. Mais c’est également la capitale régionale de l’agriculture pour l’est de la province et la Côte-Nord. C’est le centre urbain le plus important de la région. » Le maire estime que Purdel joue un rôle important pour les agriculteurs en assurant l’accès à des produits et services comparables à ceux des grands centres urbains. Avec sa meunerie, ses garages et ses fermes, Purdel « est essentielle à la vitalité du Bic et des environs, estime Marc Parent. Comme ville, on a tendance à centraliser, mais l’occupation du territoire est importante. » Il n’a d’ailleurs pas hésité à participer au Défi Vélo La Coop en 2017, peu de temps après avoir été élu. « Je trouvais intéressant qu’on redonne à des organismes de la région, et ça m’a donné le goût de me remettre en forme! »

 

La réalité agricole en ville

L’Exposition agricole de Rimouski a fêté ses 75 ans l’an dernier. Elle revêt un aspect éducatif aux yeux du maire, puisqu’elle est une occasion pour les enfants d’entrer en contact avec une réalité à laquelle ils sont moins exposés aujourd’hui. Il a lui-même accompagné une amie vétérinaire dans ses visites de nuit. Il a constaté le vécu des producteurs laitiers, leurs inquiétudes et leurs espoirs dans leur quotidien. « Ce sont des gens qui travaillent dur, sept jours sur sept, note-t-il. On ne s’en rend pas toujours compte. » 

Avec une nouvelle conseillère en développement agricole arrivée en poste depuis février dernier, la MRC de Rimouski-Neigette s’est donné la mission de revaloriser ses terrains en friche, une situation jugée « un peu inconcevable », selon le maire. Rimouski fait d’ailleurs une place aux producteurs maraîchers avec son nouveau marché public, ouvert en 2008. Achat local, circuits courts et agriculture urbaine sont des mots que le maire utilise volontiers. « On a tous une responsabilité, souligne-t-il. Il faut répondre aux besoins de tous, et la Coop a le leadership nécessaire pour faire face à ces défis. »

Céline Normandin

QUI EST CÉLINE NORMANDIN
Détentrice d’une maîtrise en science politique, Céline est journaliste-pigiste auprès du Coopérateur. Et ce n’est pas par hasard si elle se retrouve aujourd’hui à couvrir le secteur agroalimentaire puisqu’elle a grandi sur une ferme laitière. Sa famille est d’ailleurs toujours active en agriculture. 

celine.normandin@videotron.ca

QUI EST CÉLINE NORMANDIN
Détentrice d’une maîtrise en science politique, Céline est journaliste-pigiste auprès du Coopérateur. Et ce n’est pas par hasard si elle se retrouve aujourd’hui à couvrir le secteur agroalimentaire puisqu’elle a grandi sur une ferme laitière. Sa famille est d’ailleurs toujours active en agriculture.