L'importance de passer à l'acte

par Hélène Cossette

Jacinthe Marquis se réjouit de voir de plus en plus de femmes au sein des conseils d’administration. « C’est par ce genre d’engagement qu’on se fait reconnaître et qu’on prend notre place », estime la comptable agréée.

Pour être considéré d’égal à égal, revendiquer ne suffit pas. « Il faut passer à l’acte! » plaide cette dynamique jeune professionnelle qui a franchi ce pas en s’impliquant comme administratrice du Magasin Coop St-Gédéon depuis 2012 et comme membre du comité organisateur du prestigieux Gala de l’entreprise beauceronne de la Chambre de commerce de Saint-Georges depuis maintenant quatre ans.

Quelles que soient ses compétences et son expérience, une personne engagée peut apporter une réelle contribution, croit-elle. « Même si l’on n’a pas toujours l’impression d’apporter beaucoup, c’est important pour une organisation de pouvoir compter sur une vision externe. L’apport de nouvelles idées et de suggestions, ça fait partie de notre rôle au C.A.! »

Associée dans un cabinet comptable de Saint-Georges depuis 2010, elle assistait régulièrement aux assemblées annuelles de sa coopérative lorsque la présidente du conseil de l’époque, Isabelle Lachance, l’a pressentie. Cette dernière  voyait en elle une relève potentielle, mais entrevoyait aussi une belle occasion d’augmenter la présence des moins de 40 ans au conseil.

« C’était une nouvelle expérience qui m’intéressait en raison de mon métier. Mais j’avais aussi à cœur de m’impliquer afin de préserver un service alimentaire à Saint-Gédéon. »

Aujourd’hui, Jacinthe Marquis se dit heureuse de pouvoir mettre son expertise en analyse financière au service de sa coopérative. « Je me sens utile », confie la dirigeante, qui a notamment conçu un tableau de bord avec des indicateurs de performance pour aider ses collègues à suivre l’évolution de l'entreprise de période en période. Elle rédige en plus les nouvelles du Magasin Coop destinées au journal mensuel local.

Un service essentiel

Célébrant son 70e anniversaire cette année, cette coopérative a vécu plusieurs bouleversements au cours de son existence. Plus récemment, en 2013, cette dernière a changé d’enseigne pour mieux se tirer d’affaires dans un contexte économique difficile. « L’enseigne Tradition est plus adaptée à une épicerie de quartier comme la nôtre », explique l’administratrice, qui a participé de très près à cette importante transition pour l’avenir de la coopérative.

Même si elle réside maintenant avec son conjoint dans la municipalité voisine de Saint-Martin, la coopératrice reste fidèle au Magasin Coop St-Gédéon, qu’elle considère comme un service essentiel. « C’est important que les gens soient conscientisés. On a l’impression que c’est un acquis, mais le jour où une petite municipalité perd une de ses institutions, comme son épicerie, son école ou son église, c’est le déclin qui commence », prévient-elle.

Générant un chiffre d’affaires de plus de 6 M$, la coopérative fait vivre une quarantaine de familles, ajoute-t-elle. « Elle offre un service personnalisé et très apprécié, parce que tout le monde se connaît. On n’a pas cette proximité et cette approche quand on va dans les grandes surfaces. »

Vous pouvez lire le texte complet dans la version imprimée du magazine Coopérateur, édition de Janvier 2015.

0 Commentaires