Retraite, pas facile de lâcher prise

par Céline Lafortune

Avez-vous déjà estimé le nombre d’heures de travail que vous avez investi dans votre entreprise? Selon nos calculs, ce sont 150 000 heures si vous vous retirez vers l’âge de 60 ans. C’est donc normal d’avoir de la difficulté à lâcher prise.

Un entrepreneur agricole, par définition, est une personne qui aime l’action. Or, juste l’idée de penser à cesser d’être actif peut être inconfortable. C’est pour cette raison qu’il faut réfléchir à la période post-entreprise.

Prendre le temps d’y penser

Il faut comprendre que la retraite ne veut pas nécessairement dire « cesser d’être actif ». Elle peut signifier gérer le temps disponible selon d’autres priorités, qui ne sont pas nécessairement liées au travail.

C’est un moment de transition durant lequel il faut accepter que les rôles soient en évolution et s’ouvrir aux changements. Le rôle de gestionnaire se transformera-t-il en rôle de mentor pour la relève? Si vous êtes propriétaire avec votre conjoint ou conjointe, vos rôles seront-ils les mêmes après la transmission de l’entreprise?

La retraite a aussi des incidences sur la vie de couple. Si l’entreprise a toujours fait partie de vos discussions, qu’est-ce qui remplacera, de façon satisfaisante, ce que l’entreprise vous permettait de partager.

Par ailleurs, lorsque l’on passe le flambeau à la relève, il n’est pas obligatoire de quitter tout ce que l’on affectionne dans l’entreprise. Plus les cédants quittent des responsabilités ou des rôles satisfaisants, plus le sentiment de perte est grand. Contrairement à cela, si l’entrepreneur quitte des rôles qui lui sont devenus lourds avec le temps, il sera plus facile de laisser sa place.

L’histoire de Johanne et Marcel est un bon exemple. « On a fait le choix de diminuer progressivement nos responsabilités à l’étable. Le plus difficile a été d’accepter que les choses soient faites d’une manière différente. Une fois ce pas franchi, on s’est rapidement rendu compte, à notre plus grand étonnement, que notre niveau de stress a diminué grandement. »

En période de transition, il est important de sentir que, malgré ce que l’on vit, on demeure en équilibre. Que ce soit sur le plan physique, financier, social, familial, conjugal ou psychologique, il faut prendre le temps d’analyser les différentes sphères de sa vie et de prendre conscience des gains et des pertes qu’apporte le retrait de l’entreprise.

« Une des difficultés que j’ai ressentie, se rappelle Marcel, a été de me retrouver avec beaucoup de temps libre. Ma conjointe a toujours eu ses activités en dehors de l’entreprise, ce qui n’est pas mon cas. Mes gars me disent de m’occuper autrement. C’est ce que j’essaie de faire en allant donner un coup de main à mon neveu qui démarre son entreprise. » 

Toutes ces réflexions ne se font pas toutes seules. Il faut y mettre du temps et de l’énergie. Se faire accompagner peut être favorable et permettre une meilleure transition vers une autre étape de vie.

Si vous avez investi 150 000 heures à bâtir votre entreprise, combien d’heures êtes-vous prêt à investir pour planifier les 30 prochaines années de votre vie? À vous de choisir!


Lisez les témoignages de producteurs retraités de notre dossier Destination : République de la retraite publié dans l'édition de mai-juin du magazine Coopérateur.
Portrait de Céline Lafortune

QUI EST CÉLINE LAFORTUNE
Céline est coordonnatrice et conseillère en transfert chez Lanaudière-Économique. Elle est accréditée par le regroupement des CRÉA du Québec (RCQ).

0 Commentaires