La colère peut-elle être une alliée?

par Yolande Lemire

La colère est une émotion souvent considérée négative, donc à éviter. Contrairement à la joie ou à la tristesse, le sentiment de colère peut mener à des débordements agressifs. Il est pourtant possible d’en faire une alliée. Voici comment.

La colère communique une intention, un état d’âme, un fait!

D’une personne à l’autre, la colère se manifeste de diverses façons. Pour certains, elle prend la forme d’irritation ou d’agacement devant des situations de la vie quotidienne ou dans des relations interpersonnelles. Pour d’autres, elle exprime des insatisfactions, des injustices perçues, ou de la frustration devant des situations. Elle peut mener à dire des choses inappropriées et éprouver des regrets et des remords.

Parmi les intentions les plus probantes, la colère communique les attentes non comblées : envers soi-même, envers les autres ou la vie en générale. Plus les attentes – personnelles ou professionnelles – sont élevées, plus le niveau de déception, de frustration et de colère s’exprime lorsqu’elles ne se réalisent pas.

Un autre élément est cette perception d’interdiction à l’erreur que se fait l’individu. Cette pression de la perfection ou de la performance peut l’amener à vivre de la déception et de la colère dès la moindre maladresse. Ces situations font en sorte que la colère, dans ces différents niveaux, peut s’exprimer toutes les fois où le scénario de base ne se réalise pas comme il était prévu.

Finalement, plus humain celui-là, l’expression de la colère peut devenir une stratégie pour éviter de vivre certaines émotions douloureuses. Plutôt que d’exprimer la tristesse, de douter de soi-même ou de vivre de l’impuissance, l’individu exprime ses déceptions par de la colère.

Les aspects constructifs de la colère

La colère peut aussi être bien vécue et faire avancer les choses. Elle permet d’exprimer les émotions, mais elle permet aussi d’exprimer les injustices, de faire valoir certains droits. Il est donc utile de l’exprimer. Sans rime ni raison, la colère peut être libératrice, elle donne de l’énergie! Bien gérée, elle mobilise des ressources. Elle apprend à son ou ses interlocuteurs à améliorer la capacité à trouver des solutions. Elle incite à la collaboration, elle pousse vers l’action.

Avoir la capacité d’exprimer sa colère peut être un avantage pour résoudre un conflit interpersonnel. À condition toutefois de l’exprimer de façon respectueuse. Parfois, la colère s’avère être la meilleure méthode et susciter un rapprochement avec l’autre. Elle permet d’exprimer à l’entourage captif les insatisfactions et favorise, en ce sens, la communication.

Il faut savoir développer cette sagesse de la connaissance de soi. En effet, mieux se connaître, apprendre à identifier les situations fâcheuses, la perception et l’interprétation des mots, valider la compréhension des situations, décider comment exprimer les insatisfactions constituent un point de départ afin de tirer le meilleur parti de cette émotion. Apprendre à gérer la colère permet de mieux vivre avec soi et avec les autres. 

Portrait de Yolande Lemire

Mission des CRÉA : Accompagner et conseiller les entreprises agricoles dans leur processus de transfert et dans toute autre étape stratégique liée au développement et à la pérennité de leur entreprise.

Yolande Lemire, M.a,
conseillère en transfert 
CRÉA de l'Estrie

ylemire@me.com

0 Commentaires