Améliorer l'estime de soi chez l'enfant

par La rédaction

Crédit photo : Oksana Bratanova

De multiples comportements favorisent ou nuisent à l’estime de soi chez les enfants.

Le psychoéducateur, orthopédagogue et conférencier de renom Germain Duclos a dressé une liste de gestes dont l’impact est particulièrement significatif.

Auteur de nombreux ouvrages traitant du développement de l'enfant, Germain Duclos a entre autres publié aux Éditions du CHU Sainte-Justine L’estime de soi, un passeport pour la vie, Attention, enfant sous tension! et L’estime de soi de nos adolescentsPour en savoir plus

Bien sûr, dans le tourbillon quotidien, c’est parfois plus facile à dire qu’à faire! Toutefois, il importe d’y prêter attention.


À lire aussi :
Arroser les fleurs, pas les mauvaises herbes


Ce qui favorise l’estime de soi :

  • Être présent de façon chaleureuse auprès de l’enfant.
  • Établir des règles familiales et scolaires peu nombreuses mais claires.
  • Faire vivre des conséquences logiques et naturelles suite au manquement à ces règles.
  • Contrôler les facteurs de stress chez l’enfant; préparer les changements à l’avance, minimiser le nombre de changements, aider l’enfant à trouver des façons de se calmer lorsqu’il est stressé.
  • Être un adulte en qui on peut avoir confiance.
  • Souligner les forces de l’enfant.
  • Souligner ses difficultés en ménageant sa fierté et en lui donnant des moyens pour s’améliorer.
  • Utiliser un langage valorisant.
  • Favoriser l’expression des émotions.
  • Permettre une ouverture aux autres.
  • Encourager l’enfant à se faire des amis et à gérer lui-même les conflits.
  • Susciter sa motivation.
  • L’amener à comprendre que les résultats de ses entreprises sont des suites logiques de stratégies et de moyens employés.
  • L’amener à accepter les erreurs.
  • L’aider à planifier et à être persévérant dans la poursuite de ses objectifs.
  • L’inciter à se corriger lui-même

Ce qui nuit à l’estime de soi

  • Une pauvre estime de soi des parents ou des enseignants.
  • L’inconstance dans l’application de la discipline.
  • L’ambivalence.
  • La surprotection.
  • Le laisser-faire.
  • Les mots qui blessent.
  • Les critiques constantes des proches et des amis.
  • Le découragement devant les difficultés.
  • L’accent mis sur les difficultés plutôt que sur les forces.
  • La perception des erreurs comme étant des échecs.
  • Les attentes trop ou pas assez grandes.
  • Le manque de plaisir et de complicité avec l’enfant.

0 Commentaires