5 étapes pour survivre au deuil lié à l'entreprise

par La rédaction

Crédit photo : 123rf

Au cours de notre vie, nous sommes confrontés à une série de deuils. Et de plus en plus, les producteurs agricoles devront vivre des deuils liés à leur entreprise, que ce soit en raison de l’absence de relève, d’un divorce, d’une vente obligée ou d’une faillite. Ce sont des évènements non souhaités, mais qu’il faut affronter.

Le processus de deuil – qu’il s’agisse de la perte d’un être cher ou d’une des situations susmentionnées – comporte cinq grandes étapes. Les voici.

1. Choc et déni

La personne confrontée à une perte refuse d’abord de voir la réalité en face. Cette courte phase survient lorsqu’on apprend la perte. Durant cette période, les émotions semblent plus ou moins absentes. C’est quand on quitte cette phase que la réalité de la perte s’installe.

2. Colère

C’est une phase caractérisée par une colère liée à la perte, où se mêlent l’amertume, la révolte et le sentiment d’injustice. La personne endeuillée cherche souvent un bouc émissaire (fils, conjoint, pouvoirs publics, banquier). La culpabilité peut s’installer dans certains cas. C’est aussi une période de questionnement : pourquoi moi?


À lire aussi :
Famille dysfonctionnelle : entreprise vouée à l'échec


3. Marchandage

Cette phase comporte de la négociation et du chantage. En fait, selon la situation qui cause le deuil, on fait des tentatives pour revenir au rêve. Par exemple, on fait des promesses au conjoint qui veut nous quitter, on tente des compromis, etc.

4. Dépression

Cette étape, plus ou moins longue, se caractérise par une grande tristesse, des remises en question et de la détresse. On a l’impression qu’on ne terminera jamais son deuil. Cette période est marquée par un intense sentiment de solitude, pouvant parfois aller jusqu’à la dépression.

5. Acceptation

Après une période de désorganisation, on chemine vers l’intégration et l’adaptation. La réalité de la perte est mieux comprise et acceptée. La personne endeuillée peut encore vivre de la tristesse, mais elle a retrouvé son plein fonctionnement. Elle a aussi réorganisé sa vie en fonction de la perte. Elle comprend que l’existence vaut encore la peine d’être vécue et qu’elle peut être heureuse à nouveau.

Pour plus de détails 

0 Commentaires