IFFCO : mise en veilleuse du projet de Bécancour

par La rédaction

La Coop fédérée a annoncé, au nom des actionnaires d’IFFCO Canada, que le projet d’usine d’engrais de Bécancour est mis en veilleuse jusqu'à ce que les conditions économiques soient favorables et que les cours mondiaux de l'urée remontent à nouveau.

Comme dans beaucoup d’autres secteurs du marché des commodités, les conditions actuelles de marché ne favorisent pas la conclusion du financement requis et entravent le calendrier du début de construction.

Le prix de l’urée est à son plus bas niveau en cinq ans et la prudence des investisseurs en est conséquente.

Les promoteurs et les investisseurs potentiels croient toujours à la pertinence de ce projet de classe mondiale et ils estiment que ses assises demeurent saines et que l’appui du gouvernement du Québec et des grandes institutions partenaires reste solide.

Il en va de même de l’appui indéfectible des autorités et acteurs locaux qui sont toujours favorables à une installation de premier plan dans le Parc industriel et portuaire de Bécancour. 

Une mise en veilleuse, pas la fin du projet

Les promoteurs croient que la future usine de Bécancour répond toujours et plus que jamais à un besoin majeur du marché agricole québécois et canadien dans un monde géopolitique mouvementé.

La Coop fédérée et IFFCO sont convaincues des grands atouts du projet, l’un des plus importants des dernières années au Québec. « Nous n’annonçons pas l’abandon du projet, a déclaré Claude Lafleur, chef de la direction d’IFFCO Canada, c’est le cours actuel de l’urée qui ne permet pas aux promoteurs et aux investisseurs d’atteindre la rentabilité anticipée pour notre usine. Nous attendons que le creux cyclique du prix de l’urée prenne fin, nous permettant d’entrevoir une reprise du projet. D’ici là, nous continuons à nous préparer pour la relance. »

Portrait de La rédaction

0 Commentaires