Du bœuf québécois dans l’assiette des consommateurs

par La rédaction

Crédit photo : Caroline Fournier

La Société des parcs d’engraissement du Québec (SPEQ), en collaboration avec le distributeur Colabor, a lancé la campagne « Partenaires Bœuf Québec », la plus importante démarche filière jamais mise sur pied pour mettre du bœuf élevé au Québec dans l’assiette des consommateurs.

Depuis le 28 février, 200 bouvillons par semaine sont mis en marché sous la désignation « Bœuf Québec », soit 11 % de la production québécoise. La viande est distribuée dans les boucheries et les restaurants.

La campagne Partenaires Bœuf Québec profite en outre d’un important partenariat avec la Brasserie sportive La Cage, la première chaîne de restauration à offrir du bœuf certifié Québec à ses clients, et ce, depuis le 20 mars.

Grâce à une entente d’exclusivité et une étroite collaboration avec les partenaires du projet Bœuf Québec, La Cage garantira la traçabilité de tout le bœuf offert au menu, dans ses 46 établissements.


À lire aussi :
20e vente de taureaux à Saint-Martin


La démarche d’un plan d’action Bœuf Québec a été lancée en janvier 2016 en réponse à l’intérêt de Michel Gagné, directeur général de Viandes Lauzon et Viandes Décarie, divisions de Colabor, de travailler sur un projet de filière Bœuf Québec.

En collaboration avec Bœuf Canada, Financement agricole Canada et Les Producteurs de bovins du Québec, ce projet rassemble la filière bovine et favorise le développement de nouveaux modèles d’affaires orientés vers la gestion des chaînes de valeur, de manière à augmenter la demande pour le bœuf du Québec. Cette démarche s’inscrit dans le plan de relance de la production développé par la Société des parcs d’engraissement du Québec, qui vise à reconstruire la production à 140 000 bouvillons en 2025.

« Les producteurs québécois produisent un des meilleurs bœufs au monde. Le logo Partenaires Bœuf Québec, c’est la promesse d’un bœuf de la plus grande qualité, élevé au Québec, dans une perspective de production durable », a déclaré Jean-Sébastien Gascon, coordonnateur du programme Partenaires Boeuf Québec et directeur général de la Société des parcs d’engraissement du Québec.

 

Portrait de La rédaction

2 Commentaires

  1. Cette initiative me remplit de joie. Cependant, à la lecture de documents provenant de trois boucheries de la région de Montréal, j'ai vu qu'une d'entre elles s'approvisionnait directement d'un éleveur régional (donc élevé et abattu au Québec) et que les deux autres acceptaient que les bouillons soient élevés dans la province, mais abattu ailleurs. Est-ce que la certification Boeuf-Québec garantit que l'animal sortira d'un abattoir québécois ? Ce serait tristement joué sur les mots encore une fois. Et le fait de ne pas avoir d'abattoirs provinciaux ou canadiens privent nos travailleurs d'emplois nombreux et contribuerait vraiment à notre autonomie alimentaire magané en maudit depuis plusieurs années. Et c'est sans compté l'empreinte écologique majeure laissée par le transport des bouvillons soit vers les É-U ou l'Ontario.
  2. Tous les bouvillons du projets sont abattus actuellement dans deux abattoirs fédéraux, soit chez Viandes Forget (Terrebonne) et Viandes Petite Nation (St-André-Avellin). Vous pouvez lire sur le projet sur notre page Facebook ou sur www.boeufquebec.org. L'information y est mise à jour chaque semaine...