Le changement dans la continuité

par Ghislain Gervais - président

Je me présente : Ghislain Gervais, producteur avicole et de grandes cultures de Saint-Guillaume, au Centre-du-Québec, et depuis peu votre nouveau président à La Coop fédérée.

Ceux qui me connaissent savent que c’est avec fierté, humilité et confiance que j’ai accepté de succéder à Denis Richard, qui a présidé aux destinées de La Coop fédérée au cours des 13 dernières années.

Je salue d’ailleurs tout le travail accompli par Denis Richard au fil des ans et tiens à vous assurer de mon engagement à poursuivre l’œuvre d’adaptation, de consolidation et d’affirmation de La Coop fédérée et du réseau La Coop entreprise par ce dernier.

C’est avec fierté, donc, que j’accepte cet honneur de présider le vaisseau amiral des coopérateurs et des coopératives agricoles du Québec et du Canada. Cette fierté, je la tire surtout de la confiance que les délégués de mon territoire me témoignent en me laissant les représenter au conseil d’administration de La Coop fédérée.

Cette fierté, je la tire aussi de la confiance que mes collègues du conseil d’administration m’ont démontrée en me tendant les rênes et en m’offrant d’assumer les responsabilités qui découlent de cette importante fonction.

C’est également avec humilité que j’accepte ce poste. J’ai présidé aux destinées de ma coopérative, La Coop Agrilait, pendant près de 15 ans, et mon expérience au conseil d’administration de La Coop fédérée à titre de premier vice-président, au cours des deux dernières années, m’a permis d’être au fait des enjeux et de l’ampleur de la tâche qui m’attend.

Et c’est finalement avec confiance que j’entame ce mandat, parce que je sais que je pourrai compter sur la solidarité, l’expérience et la compétence des administrateurs, des gestionnaires et des employés de La Coop fédérée pour mener avec succès notre entreprise vers son 100e anniversaire.

Vous avez été à même de constater, à la lecture du dernier numéro du Coopérateur, que La Coop fédérée a connu d’excellents résultats l’an dernier, et je peux vous affirmer que ceux du premier semestre s’annoncent également fort intéressants.

Mais nous travaillons dans des secteurs d’activité à forte volatilité, et il serait prématuré de conclure que les résultats de l’exercice 2016 seront à l’image de ceux de 2015.

En 2016, conformément à sa planification stratégique, La Coop fédérée devrait poursuivre sa réorganisation en vue de sa prochaine croissance, et ce, afin de s’assurer de maintenir sa pertinence et une taille critique adéquate face à la consolidation de ses concurrents.

La situation semble cependant plus préoccupante pour plusieurs des coopératives qui composent le réseau La Coop et qui peinent à dégager des résultats propres à assurer leur pérennité. Il faut se rendre à l’évidence : cette situation n’est pas conjoncturelle et appelle à une réorganisation du réseau.

La réflexion sur cette question, amorcée dans le cadre de la planification stratégique du réseau La Coop, se poursuit actuellement avec les membres du conseil d’administration de La Coop fédérée ainsi qu’avec un groupe de présidents et de directeurs généraux du réseau.

Quelles que soient les solutions qui seront proposées, il nous faudra beaucoup de lucidité, d’ouverture, de solidarité et de courage managérial pour aller de l’avant et consolider, au besoin, la présence coopérative dans nos régions.

Si l’agriculture québécoise est relativement prospère aujourd’hui, malgré les limites de notre territoire agricole et nos conditions climatiques nordiques, c’est essentiellement par son approche collective, qu’elle soit coopérative, syndicale ou gouvernementale.

Nos arrière-grands-pères en ont eu assez de se faire organiser et ont plutôt choisi de s’organiser. On ne peut renoncer aujourd’hui à ce patrimoine centenaire et le laisser s’étioler dans le confort de l’inaction.

 

Bon printemps!

0 Commentaires