OMC : quel impact sur le secteur laitier?

par Affaires économiques

Crédit photo : 123RF

Sur le même sujet :
COOL, OMC et ingrédients laitiers


C’est sans tambour ni trompette que se tenait un peu avant Noël à Nairobi, au Kenya, une conférence ministérielle de l’OMC.

Les attentes étant très modestes, la conférence n’a reçu qu’une attention limitée des observateurs.

Le directeur général de l’OMC, Roberto Azevêdo, était toutefois fier de confirmer l’atteinte du « résultat le plus significatif en agriculture » pour l’organisation, soit une entente visant à abolir les subventions à l’exportation.

Alors que les pays en développement ont jusqu’à 2018 pour éliminer ces subventions, les pays développés se sont engagés à le faire immédiatement, à quelques exceptions près.

Par exemple, dans le cas des subventions à l’exportation de produits laitiers, l’échéance d’abolition serait la fin de l’année 2020.

Le Canada fait partie des 16 pays toujours autorisés à subventionner certaines de ses exportations agricoles.

Ainsi, le Canada déclare à l’OMC des subventions notamment pour la poudre de lait écrémé et les fromages. Il faudra voir comment le Canada entend se conformer à l’entente de Nairobi, et quel en sera l’impact sur le marché canadien des produits laitiers.

Rappelons que le Canada garde son droit d’exporter des produits laitiers, mais au même prix que son marché intérieur, ce qui rend ces exportations non compétitives.


Sur le même sujet :
COOL, OMC et ingrédients laitiers

                           

0 Commentaires