Olymel acquiert l'entreprise La Fernandière

par La rédaction

Olymel annonce qu’elle se porte acquéreur de l’ensemble des actifs de La Fernandière de Trois-Rivières, une entreprise agroalimentaire spécialisée dans la fabrication d’une vaste gamme de saucisses.

Fondée en 1948, l’entreprise La Fernandière emploie plus de 80 personnes. Dans le cadre de cette transaction, La Fernandière demeurera une entité autonome au sein d’Olymel et poursuivra la production et la commercialisation des saucisses La Fernandière et disposera de sa propre force de vente, de ses propres représentants ainsi que d’une gestion de marque séparée.

« La volonté de croissance de La Fernandière, le besoin d’Olymel d’accroitre ses capacités de production et les synergies qui seront générées par la mise en commun de nos activités ont tous été des facteurs de complémentarité dans le rapprochement entre nos deux entreprises et la conclusion d’une entente finale pour l’acquisition de cette entreprise dont le succès ne s’est jamais démenti », affirme le président-directeur général d’Olymel, M. Réjean Nadeau.

Expansion des activités et création de nouveaux emplois

Olymel annonce également son intention de centraliser à l’usine de La Fernandière de Trois-Rivières toutes ses opérations de production de saucisses fraîches et à déjeuner, commercialisées sous les marques Olymel, Lafleur, ainsi que sous des marques privées.

Ces nouvelles activités nécessiteront un investissement de plus de 1,5 million de dollars en achat de nouveaux équipements afin d’ajouter une troisième ligne de production de saucisses aux deux déjà existantes.

Cette expansion des activités devrait permettre la création de plus de 30 nouveaux emplois et multiplier par trois le volume des produits fabriqués annuellement.

L’établissement ultra moderne de La Fernandière disposera ainsi de tous les équipements et de la capacité pour intégrer de nouvelles marques dans le cadre de ses opérations, tout en continuant de produire et de distribuer toute la gamme des produits La Fernandière.

Les volumes de saucisses fraîches et à déjeuner actuellement produits à l’établissement d’Olymel à Saint-Henri-de-Lévis, sur la Rive-Sud de Québec, seraient remplacés par des volumes équivalents dans le secteur de la production de jambons, ce qui répond à un besoin de croissance pour cette catégorie de produits.

Portrait de La rédaction

0 Commentaires