OGM : les défis de la règlementation

par Affaires économiques

La National Academies of Sciences, Engineering and Medecine (NASEM) a récemment publié un nouveau rapport sur les cultures transgéniques. Selon l’institution,  « aucune preuve convaincante des effets néfastes sur la santé directement attribuables à la consommation des cultures GM n’a été trouvée ». L’étude conclue aussi qu’il n’y a aucune relation de cause à effet entre les OGM et les problèmes environnementaux.

Ce rapport est basé sur les résultats d'une étude approfondie qui a été menée par plus de 50 scientifiques pendant deux ans. L'étude comprend des données de 900 recherches sur les cultures biotechnologiques depuis leur commercialisation il y a vingt ans.


À lire :
Le succès des biotechnologies


Bien que le rapport rappelle que les cultures biotechnologiques disponibles sur le marché ont eu des résultats économiques favorables pour les agriculteurs, le comité de l’étude a également constaté que la résistance aux mauvaises herbes demeure un problème majeur en agriculture.

Cette problématique pourrait être résolue par le recours à des approches de gestion intégrée des mauvaises herbes.

Toutefois, malgré un avis scientifique favorable, la règlementation concernant des variétés d'OGM dans certains pays importateurs constitue un obstacle à leur utilisation.

Par exemple, selon un porte-parole de l’organisation, Monsanto ne commercialisera pas son nouveau soya Xtend ce printemps au Canada, à moins que l’Union européenne approuve cette nouvelle variété.

Rappelons que les nouvelles graines de soya Xtend de Monsanto sont tolérantes à la fois au glyphosate et au désherbant dicamba et donneront aux producteurs plus d'options de contrôle des mauvaises herbes.

Selon Gary Anderson, vice-président de CHS, la plus grande coopérative aux États-Unis, « les entreprises doivent garder hors du marché les semences présentant de nouveaux caractères biotechnologiques jusqu'à ce qu'ils aient la pleine approbation des principaux acheteurs étrangers ». 


À lire aussi :
Cargill milite pour les OGM jusqu'en Inde


En 2013 et 2014, la Chine a bloqué les expéditions de maïs des États-Unis contenant un trait Syngenta GM qui était non approuvé, causant des pertes à Cargill et ADM.

Les sociétés craignent de plus en plus des retombées commerciales négatives et des pertes financières.

                           

0 Commentaires