Nouvelles études sur les néonicotinoïdes

par Affaires économiques

Crédit photo : Denis Charlet/Getty Images

Depuis plus de deux ans, les néonicotinoïdes se sont souvent retrouvés au banc des accusés quant au risque qu’ils faisaient planer sur la survie des insectes pollinisateurs.

Depuis plusieurs mois, l’Agence de réglementation de la lutte antiparasitaire (ARLA), de Santé Canada, et son homologue américaine, l’Environmental Protection Agency, travaillent à préciser les risques qu’ils posent sur les populations d’abeilles.

En plus de confirmer que les risques que ces produits posent pour les pollinisateurs ont été exagérés, l’ARLA soulève les importants avantages économiques qu’ils procurent aux producteurs agricoles : « (…) la pression exercée par les ravageurs est à un niveau qui justifie l’utilisation de semences traitées et par le fait que le rendement économique excède les coûts associés à leur utilisation. »

Il y a consensus à savoir que les produits de protections de cultures, tant ceux de la famille des néonics que des autres, doivent être utilisés avec circonspection et professionnalisme.

Il est toutefois très éloquent qu’un organisme tel l’ARLA réaffirme leur importance économique pour la production agricole canadienne. Les producteurs agricoles évoluent dans un environnement d’affaires exigeant qui impose l’utilisation des technologies les plus à jour.

                           

0 Commentaires