MacAulay mise sur l’innovation et l’exportation

par Nicolas Mesly

Le ministre de l’agriculture canadien, Lawrence MacAulay, mise sur « l’innovation et les exportations » pour mousser le secteur agricole et agroalimentaire canadien, identifié par Ottawa comme une sphère névralgique du futur développement économique du pays.

Déjà cinquième exportateur de denrées alimentaires de la planète, le Canada a pour objectif de faire bondir les exportations de 50 G$ à 75 G$ d’ici 2025.

Prononçant un discours lors d’un déjeuner conférence organisé par le CORIM à Montréal, le 16 mars dernier, le ministre a rappelé que près de 200 000 fermes au pays contribuent à faire carburer l’agroéconomie et que plus de deux millions de Canadiens, soit un emploi sur huit, est généré par les manufacturiers agroalimentaires, ce qui fait du secteur le plus gros employeur au pays. De plus, la contribution au produit national brut (PNB) de ce secteur se chiffre à plus de 100 G$.

Pour répondre à la demande des marchés avec des produits innovants, le ministre MacAulay a indiqué que son gouvernement investit massivement dans la recherche et développement, soit une somme de 4 G$ depuis son arrivée au pouvoir en 2015, dont un volet en recherche fondamentale prévu en 2018.

Sous le précédent gouvernement de Stephen Harper, des centaines de chercheurs fédéraux avaient été congédiés et plusieurs stations de recherches fermées. Agriculture et Agroalimentaire Canada a embauché 59 scientifiques depuis novembre 2015, indique un responsable des communications du ministre  et 413 scientifiques  travaillent aujourd'hui Ministère.


À lire aussi :
Le son de cloche des agriculteurs américains sur Trump


M. MacAulay a rappelé l’importance de la recherche publique, citant par exemple la découverte et le développement du canola, dont l’huile est devenue le produit phare du pays sur la scène internationale, surclassant même le blé.

Le Canada, a rappelé le ministre, doit miser sur la croissance mondiale, particulièrement des classes moyennes des pays émergents dont la Chine qui, à elle seule, représente 1 G$ en produits alimentaires transigés par commerce électronique.

Ottawa multiplie la signature d’accords commerciaux comme l’Accord économique et commercial global entre le Canada et l’Union européenne pour garantir l’accès aux produits alimentaires canadiens.

C’est toutefois l’ALÉNA, le plus grand accord commercial de la planète, qui est en jeu sur fond de guerre commerciale depuis que le président Trump a brandi l’instauration de tarifs sur l’acier et l’aluminium pour en forcer la signature selon ses termes.


À lire aussi :
Les géants agroalimentaires canadiens défendent le libre-échange


« Je suis persuadé que nous allons signer une bonne entente de l’ALÉNA tout en protégeant le système de gestion de l’offre. Je l’ai dit, le premier ministre l’a dit et le ministre du commerce international l’a dit », a indiqué le ministre MacAulay.

Ce dernier a effectué plusieurs visites aux États-Unis pour promouvoir l’ALÉNA, dont une en janvier dernier à l’assemblée générale de l’American Farm Bureau (AFB), dont les membres ont contribué à l’élection du président Donald Trump. Les états producteurs laitiers, dont le Wisconsin, poussent pour obtenir un plus grand accès au marché canadien alors que les exportations américaines de produits laitiers sont en leur faveur à hauteur de 5 contre 1. « Une bonne entente doit être équitable », a précisé le ministre.

Devrait-on remercier le président Trump pour le retrait des États-Unis de l’Accord de partenariat transpacifique global et progressiste (PTPGP), ce qui laisse la voie libre au Canada pour conquérir un marché de 500 millions de consommateurs dans 11 pays. « Ce que font les autres pays les regarde et je n’ai pas à commenter », a prudemment indiqué le ministre.

Portrait de Nicolas Mesly

QUI EST NICOLAS MESLY
Agronome de formation, il a débuté sa carrière en journalisme agricole avant de devenir attaché de presse et assistant spécial du ministre de l’Agriculture du Canada. Nicolas est retourné au journalisme après avoir été secrétaire commercial à l'ambassade canadienne au Venezuela. Globe-trotter, sa spécialité est de cerner les grands enjeux agroalimentaires et écologiques. 

0 Commentaires