GO: des groupes américains veulent des concessions

par Affaires économiques

Crédit photo : 123rf

Après les critiques récentes du président Donald Trump sur le secteur laitier canadien, des groupes agricoles américains s’organisent afin de mettre d’autres préoccupations commerciales sur la table de négociations de l’ALÉNA. En clair, ils veulent obtenir des gains supplémentaires dans les autres secteurs sous gestion de l’offre, notamment la volaille et les œufs.

En fait, selon Reuters, des exportateurs de volailles – dont Pilgrim's Pride Corporation, premier producteur de poulet aux États-Unis et Tyson Foods – ainsi que des vendeurs d’œufs feront pression pour négocier un meilleur accès au marché canadien de la volaille et des œufs.

Selon certains groupes industriels et experts, les États-Unis, le deuxième plus grand exportateur de poulet au monde, exigeront des gains d’accès au marché au moins équivalent à ceux qu’ils auraient réalisés dans le cadre du fameux Partenariat transpacifique (PTP).


À lire aussi :
La pression sur la gestion de l'offre se poursuit


La semaine dernière, le président du Conseil américain de l’exportation de volailles et d’œufs (USAPEEC) a affirmé que le commerce agricole États-Unis – Canada a été aussi « injuste en ce qui concerne la volaille et les œufs », ajoutant qu’il envisage de mettre l’accent sur ce point avec l’administration Trump.

Rappelons que le système de gestion de l’offre canadien est un enjeu majeur à chaque négociation commerciale, et de nombreux partenaires commerciaux ont demandé son démantèlement. Le Canada l’a toujours maintenu malgré ces pressions externes.

Il est toutefois nécessaire de rappeler les faits, quant à la balance commerciale, des produits sous gestion de l’offre. Dans les secteurs de la volaille et des œufs, en dépit des restrictions, le Canada importe plus de poulet, de dinde et d’œufs des États-Unis que l’inverse.

Globalement, la balance commerciale canadienne de ces produits est largement déficitaire, selon Agriculture et Agroalimentaire Canada. En 2016, notamment, ce déficit atteignait plus de 319 millions $! 

                           

0 Commentaires