Gestion : Êtes-vous émotif ou rationnel ?

par La rédaction

Dans une entreprise, prendre une décision peut s’avérer un acte émotif ou rationnel. Appartenez-vous au groupe des émotifs ou à celui des rationnels ?

Si vous êtes émotifs, la vue d’un semoir dernier cri dans une revue pourrait suffire à vous le faire acheter. Les émotifs ont tendance à emprunter des raccourcis pour justifier leurs décisions. Par exemple, l’achat du nouveau semoir augmentera les rendements, donc les revenus et les bénéfices. Le problème, c’est que vous basez votre décision sur les gains espérés et oubliez les coûts liés à l’achat, comme l’entretien et les paiements.

Si vous êtes plutôt rationnel, la vue du semoir vous lancera dans les calculs. Les gens rationnels utilisent la règle des trois « R » :

  1. Raison : Quel est le but de cet achat ? Qu’est-ce qui le motive ?
    Je veux augmenter mes rendements pour accroître mes bénéfices.
     
  2. Risques : Quels sont les risques et les effets à prévoir pour l’entreprise ?
    Le tracteur actuel est trop faible; je devrais en acheter un nouveau, plus puissant.
     
  3. Résultat : Quelles sont les chances de succès de cette décision ?
    Si je considère que le rendement augmentera de 5%, est-ce assez pour couvrir les coûts de l’achat ?

Cette approche évite les raccourcis, qui donnent une fausse idée de l’impact de la décision, et permet de s’assurer qu’elle est cohérente. Par exemple, puisqu’on devrait changer le tracteur, qui n’a pas la capacité de tirer cet instrument, l’achat est-il encore rentable ?

Mais les rationnels ont les défauts de leur qualité. Ils peuvent hésiter à prendre des risques et manquer des occasions intéressantes. Dans les deux cas, l’avis d’un conseiller sera bénéfique.

(Patrice Carle, agronome, Centre d’expertise en gestion agricole [CEGA])

Portrait de La rédaction

0 Commentaires