Fin de l’ère des prix records en agriculture

par Affaires économiques

Crédit photo : 123RF

L’OCDE et la FAO ont récemment publié leur rapport conjoint sur les Perspectives agricoles 2016-2025. Selon ce rapport, la baisse continue des prix des principaux produits agricoles observée en 2015 indique la fin de la période de prix élevés.

En effet, à l’exception des prix de tourteaux protéiques de soya, de l’éthanol et de la poudre de lait, les prix des denrées ont continué à chuter tout au long de l’année 2015. Selon ce rapport, « dans le cas des produits végétaux, on a observé une descente des sommets de 2012, les prix de la viande ont abandonné les niveaux records de 2014, et les produits laitiers ont poursuivi la diminution entamée en 2013 et 2014 ».

Le rapport conjoint attribue cette tendance baissière aux facteurs suivants : une offre robuste sur plusieurs années, une baisse de la demande en raison de la crise économique mondiale, la baisse des prix du pétrole et la poursuite de l’accumulation des stocks déjà abondants.


À lire aussi :
Reprise des prix du lait en 2016?


Au cours de la prochaine décennie, le rapport projette que les prix devraient rester en dessous des niveaux records récents, en raison du ralentissement économique dans certains pays émergents. En Chine, par exemple, le taux de croissance annuel en moyenne devrait se situer autour de 6 % pour la prochaine décennie. Un recul de 9 % en comparaison aux dix dernières années.

De plus, projetant une « progression relativement vigoureuse » de la demande en viandes et en poissons, ainsi qu’une stagnation de la demande des produits agricoles destinés à la production des biocarburants, le rapport anticipe un ralentissement de la croissance de la demande en produits alimentaires.

Dans le cas du blé, la reconstitution des stocks mondiaux, le ralentissement de la demande et l’augmentation de l’offre maintiendront les prix sous pression. Par contre, le prix du maïs ne devrait pas baisser davantage en 2016, précise le rapport. Les autres céréales profiteront de la forte demande en alimentation animale de la Chine.


À lire aussi :
2016 s'annonce bonne pour les producteurs


Toutefois, ces projections sont soumises à des incertitudes pouvant impliquer une forte volatilité des prix pendant la prochaine décennie. En effet, des facteurs externes tels les variations des prix du pétrole, les changements climatiques, la croissance économique et les actions publiques, comme la réforme de la politique céréalière en Chine, pourraient balancer ces tendances.

                           

0 Commentaires