Traite robotisée : ce que vous devez savoir!

par Philippe Couture

Le réseau La Coop a toujours démontré son engagement en robotique, tant par son implication dans les démarrages d’entreprises robotisées que par son suivi de troupeau. Depuis, nous avons beaucoup appris sur la robotique, mais bien plus sur la vache et son comportement.

Quand on respecte les besoins de la vache, on peut optimiser le robot et en tirer une rentabilité maximale.

Nous voulons que la vache recherche une traite volontaire efficace. Elle doit se déplacer vers le robot librement et au moment où elle le choisit. Elle doit aussi pouvoir se déplacer vers la mangeoire et la couche, de la même façon.


À lire aussi :
La Coop, complètement robot!


Si la vache est dérangée dans sa routine, sa prise alimentaire, son temps de couche et son temps de traite risquent d’en être affectés. La vache doit consacrer du temps à chacune de ses activités (voir le graphique 1).

Par exemple, le temps moyen que la vache passe couchée est de 11,3 heures par jour (voir le tableau 1). Puisque chaque heure peut représenter jusqu’à 1,5 kg de lait, imaginez l’impact sur la production!

Une grande partie du succès en robotique repose sur le principe suivant : l’animal est motivé à se faire traire volontairement par son attirance pour le robot. Cette attirance est provoquée par les aliments au robot et par leur équilibre avec la ration de base.

Dès l’arrivée des premiers robots au Québec, le réseau La Coop lançait sa gamme d’aliments Robocoop, qui a évolué avec le temps.

Voici quatre nouveaux suppléments et deux nouveaux aliments :

Suppléments

Synchro Robocoop 32

Un taux de protéine de 32 %, un haut niveau de protéine non dégradable et un excellent profil d’acides aminés. L’énergie sous forme de gras protégé de la dégradation ruminale est complémentaire aux sources déjà présentes (sucre, amidon, fibres solubles).

Synchro Robocoop 30

Un haut niveau de protéine non dégradable et un excellent profil d’acides aminés. Son taux de protéine est de 30 %, et sa source de gras est un précurseur du gras du lait.


À lire aussi :
Ferme 7 terres, pourquoi une nouvelle étable?


Synchro Robocoop 47

Le taux de protéine le plus élevé de la gamme (47 %). Son contenu en protéine non dégradable est aussi le plus élevé. Il fournit des acides aminés protégés de la dégradation ruminale.

Synchro Robostart

Conçu pour stimuler la consommation des vaches et maximiser la production dans les jours suivant le vêlage. Il contient des sources d’énergie (fibres digestibles, fibres solubles et glycérol). Il incorpore des vitamines du complexe B, essentielles au métabolisme énergétique, et optimise la synthèse de protéines du lait. Robostart contient 26 % de protéine, un haut niveau de protéine non dégradable et des minéraux.

Aliments

Synchro Robocoop 16 et Robocoop 18

Ils contiennent respectivement 16 et 18 % de protéine ainsi que des sources d’énergie de haute qualité. Ils offrent une grande fenêtre de stratégies d’alimentation pour favoriser la santé, optimiser la production et maximiser les profits.

Lire l’article complet dans le Coopérateur de mai-juin.

Portrait de Philippe Couture

QUI EST PHILIPPE COUTURE
Agronome, Philippe travaille à La Coop fédérée comme conseiller spécialisé en production laitière. Philippe est également spécialiste en robotique. Il fait partie des FMS 2 de l'entreprise Lely, soit parmi les plus expérimentés en robotique en Amérique du Nord. 

philippe.couture@lacoop.coop

0 Commentaires