Tendances et prévisions pour 2017

par Affaires économiques

Crédit photo : Rajesh Rajendran Nair | 123rf

À l’aube de la nouvelle année, voici les principales tendances susceptibles d’influencer l’industrie agricole dans le monde, au Canada et au Québec.

L’institution financière Rabobank prévoit que l’environnement macroéconomique et la volatilité des devises demeureront les principaux facteurs d’influence des prix des produits agricoles en 2017.

L’institution financière estime aussi que la demande de la Chine continuera d’augmenter, mais à un rythme plus lent. Les prix du pétrole devraient rester autour de 50 USD le baril, et le dollar maintiendra sa valeur élevée comparativement à d’autres devises.

Produits laitiers

On observe une légère remontée de prix qui fait suite aux incitatifs à limiter la production dans certains pays producteurs européens ainsi qu’en Nouvelle-Zélande. Le commerce, stimulé davantage par la croissance démographique que par la consommation par habitant, devrait croître à un rythme plus lent que ces dernières années.

Grains

Les stocks mondiaux élevés des grains, notamment pour le maïs et le blé, continueront à peser sur les prix. Après une année 2016 record, les pays de la mer Noire, dont la Russie, verront une autre année de production forte en 2017, avec l’expansion des superficies ensemencées. La variation des conditions météorologiques continuera aussi d’exercer une influence sur les rendements des céréales dans les marchés d’exportation et, bien évidemment, sur les prix.

La Chine demeurera au cœur de la demande mondiale dans les marchés asiatiques et aura une influence majeure sur les flux commerciaux et les prix des produits agricoles sur le marché international. Après la réforme de sa politique de soutien du prix du maïs en 2016, la Chine continuera à intensifier ses efforts afin de baisser les stocks de maïs au cours de l’année.

Fertilisants

On s’attend à ce que les faibles prix demeurent stables pendant l’hiver 2017. De nombreux experts prévoient toutefois une augmentation en mars jusqu’à la fin du printemps. Une période qui coïncide avec une forte utilisation d’engrais en raison de la période de semis.

Viandes

L’intensification de la concurrence sur les marchés et l’augmentation de l’offre exerceront des pressions sur les prix et les marges. Aux États-Unis, la production continuera de croître pendant la prochaine année. Toutefois, la vigueur du dollar américain et l’incertitude de l’avenir des relations commerciales avec la Chine et le Mexique constituent des défis pour les producteurs américains. Et de probables occasions d’affaires pour le Canada dans le secteur porcin.

Les exigences des consommateurs resteront un thème majeur en 2017. Rabobank prédit une pression croissante des consommateurs et des fournisseurs pour que les producteurs changent leurs pratiques. On pense notamment à la diminution des antibiotiques dans les élevages et la règlementation sur le bien-être animal.

Nouveau président américain

Enfin, la nouvelle administration aux États-Unis et les actions qui s’ensuivront après l’investiture du nouveau président seront à surveiller en 2017.

Comment le nouveau président abordera-t-il le commerce avec la Chine, qui est un énorme marché pour les produits américains? Quels seront les enjeux sur la table concernant une renégociation éventuelle de l’ALENA? Quel impact pour le Canada? Qu’en est-il de l’étiquetage obligatoire des produits OGM? Quels seront les changements apportés au prochain Farm Bill 2018 dans un contexte où les marges sont beaucoup plus serrées? 

                           

0 Commentaires