Maïs: quelle est la dose économique d'azote?

par Lucie Kablan Ph.D.

La dose économique d’azote varie selon la date de semis, la texture du sol et la pluviométrie.

Il est important de déterminer la dose économique optimale (DEO) d’azote, afin d’optimiser les rendements et de réduire les pertes d’azote dans l’environnement. La DEO est la dose la plus rentable : l’ajout d’azote supplémentaire n’augmenterait pas suffisamment le rendement pour en justifier les frais.

La DEO affectée par la date de semis

Des essais de fertilisation azotée ont été réalisés à la Ferme de recherche en productions végétales de La Coop fédérée, à Saint-Hyacinthe.


À lire aussi :
Le rôle des protecteurs d'azote


La réponse du maïs à la fertilisation azotée a varié selon les sites et les années. Lorsque la date de semis était optimale, on obtenait une réponse significative à l’azote pour tous les sites, et les rendements variaient de 8,8 à 14,7 t/ha. Pour les semis tardifs, une réponse significative à l’azote était observée pour 20 années-sites sur 28, et les rendements ont varié de 8,5 à 12,8 t/ha.

La DEO a aussi varié selon la date de semis. Pour les dates, la DEO variait de 180 à 236 kg N/ha, avec 100 % des champs qui nécessitaient une DEO supérieure à 170 kg N/ha (figure 1 A). Pour les dates tardives, les DEO variaient de 132 à 233 kg N/ha, avec 48 % des champs qui nécessitaient plus de 170 kg N/ha, 35 % qui avaient besoin d’une DEO comprise entre 141 et 170 kg N/ha, et 17 % qui avaient besoin de moins de 140 kg N/ha (figure 1 B).

DEO, texture du sol et pluviométrie

La moyenne des DEO, tous facteurs compris (date de semis, texture de sol, pluviométrie), est de 192 kg N/ha pour l’ensemble des 31 années-sites (tableau 1). Lorsque la date de semis est optimale, la DEO des sols argileux (206 kg N/ha) semble similaire à celle des sols loameux sableux (209 kg N/ha).

 


À lire aussi :
Azote dans le maïs: protection et utilité


Des travaux menés par d’autres chercheurs au Québec ont par contre démontré que les sols argileux avaient une DEO plus élevée (181 kg N/ha) que les sols sableux loameux (161 kg N/ha). Cela indique que d’autres facteurs, tels que la pluviométrie, peuvent influencer la DEO.

Dans les sols argileux, une pluviométrie élevée en mai et en juin entraîne une DEO légèrement supérieure (209 kg N/ha), comparativement à une faible pluviométrie (194 kg N/ha) (tableau 1).

Lire la version complète parue dans l'édition d'avril du Coopérateur.

0 Commentaires