Les faits saillants des budgets 2019

par La rédaction

Crédit : Coalition avenir Québec.

Deux fois plutôt qu’une, les gouvernements fédéral et québécois ont livré cette semaine leur budget à deux jours d’intervalle, les 19 et 21 mars. En voici les faits saillants.

 

Budget du ministre des Finances du Québec, Éric Girard

Éléments généraux

  • Surplus de 2,5 G$ (après le versement de 3,106 G$ au Fonds des générations), avec des revenus consolidés de 113,6 G$ et des dépenses de 107,9 G$.
  • À 46,1 % du PIB, le poids de la dette brute du Québec est à son plus bas en plus de 20 ans.

Secteur agricole et agroalimentaire

Crédits de 969 M$ pour le MAPAQ, comparativement à 953 M$ l’an passé, dont :

  • 532,5 M$ pour le développement des entreprises bioalimentaires, formation et qualité des aliments.
  • 436,7 M$ pour les organismes d’état.

Notons notamment :

  • 422,8 M$ pour La Financière agricole du Québec.
  • 170,4 M$ pour le programme de crédit de taxes foncières agricoles.
  • 69 M$ pour la transformation alimentaire et les politiques bioalimentaires.
  • 18 M$ pour les pêches et l’aquaculture commerciale.
  • 23 M$ pour la formation bioalimentaire.

Pour appuyer les entreprises bioalimentaires québécoises, 285 M$ sur cinq ans sont prévus.

250 M$ sur cinq ans pour accroître les investissements dans le secteur agricole et agroalimentaire, dont :

  • 50 M$ par année visant à augmenter la productivité des entreprises agricoles et agroalimentaires.
  • Bonification de 15 M$ pour réduire l’impact de la hausse de la valeur des terres agricoles (aucune augmentation des taxes foncières pour 2019 et 2020).
  • 10 M$ sur cinq ans pour favoriser l’achat local.
  • 10 M$ sur cinq ans pour répondre aux besoins d’inspection des aliments et de bien-être animal.

 

Budget du ministre des Finances du Canada, Bill Morneau

3,9 G$ pour les producteurs assujettis à la gestion de l’offre, dont :

  • 250 M$ déjà fournis pour soutenir les producteurs laitiers en conséquence de l’AECG.
  • 2,15 G$ disponibles au cours des années à venir pour composer avec les pertes de revenu liées aux ententes de l’AECG et du PTPGP.
  • 1,5 G$ pour un programme de garantie de la valeur des quotas, qui offrira une protection contre la diminution de leur valeur à la vente.
Portrait de La rédaction

0 Commentaires