Ferme Lémidra : après le feu, la reconstruction

par Patrick Dupuis

Photo: Denis Lévesque, Louise Rivard et leur fils Félix

 

Le 26 août 2016, la Ferme Lémidra, de Mont-Carmel, dans le Bas-Saint-Laurent, est ravagée par les flammes. La perte est totale. Les 125 têtes du troupeau en stabulation attachée, dont 70 vaches, périssent.

Denis Lévesque et Louise Rivard, ainsi que leur fils Félix, relève désignée et hautement motivée, ont décidé, après avoir encaissé ce dur coup, de rebâtir leur patrimoine datant de quatre générations.

« Outre la relève, il est nécessaire, pour relancer un projet, de s’assurer que le niveau d’endettement sera viable et que la couverture d’assurances, établie au fil des ans, est adéquate. On redécouvre son esprit entrepreneurial », souligne Denis, président de Groupe coopératif Dynaco, et maire de Mont-Carmel, qui précise que le projet est en bonne partie celui de Félix dont les idées ont largement contribué à lui donner forme.

« C’est super stimulant, lance le jeune producteur de 23 ans, diplômé du Centre de formation agricole Saint-Anselme. On travaille avec de nouvelles technologies, la ferme est en pleine expansion et on veut qu’elle soit le plus rentable et le plus efficace possible. »


À lire aussi
Ferme Dupotier passe en quatrième vitesse


La famille a en effet opté pour la traite robotisée. Deux robots Lely A-4 seront installés d’ici septembre (quelque 13 mois après la tragédie), dans un tout nouveau bâtiment - à ventilation naturelle et doté de logettes sur sable -, actuellement en construction.

Comme dans l’ancienne étable, le troupeau sera alimenté d’une RTM et les jeunes sujets auront aussi accès à une louve. Puis dès l’an prochain, la nouvelle étable sera agrandie pour reloger les sujets de remplacement.

Les installations permettront aisément de produire les près de 100 kg de gras/jour que possède l’entreprise. À pleine capacité, le complexe de quelque 2800 m2 (30 000 pi2) pourra assurer la traite de 120 vaches.

Mais avant, il faut la repeupler, cette étable. L’incendie a en effet détruit toute la génétique hautement performante que l’entreprise avait bâtie au fil des ans.


À lire aussi
Une nouvelle étable robotisée pour Overdale Farms


Les Lévesque sont actuellement à la recherche d’un troupeau au sud de la frontière. « On veut des vaches qui ont été élevées en stabulation libre, indique Denis, ce qui nous sauvera toute l’étape d’adaptation que nous aurions eu à faire avec un troupeau en stabulation attachée. Sans compter que nous aurons aussi à nous adapter à cette nouvelle façon de travailler! »

La robotique est une technologie qui procure énormément de données, et desquelles Denis, Louise et Félix comptent tirer une foule d’information pour mieux gérer leur exploitation. L’économie de main-d’œuvre qu’offre la robotique, et le réaménagement de la charge de travail qui en découle ont aussi pesé dans la balance lorsqu’est venu le temps de choisir le mode de traite. Qualité de vie et flexibilité figurent également dans la liste des avantages qu’ils y voient.

Les propriétaires ont d’ailleurs déjà prévu l’espace pour installer un troisième automate… Aucun doute, l’avenir s’annonce technologique et productif, à la Ferme Lémidra!

 

Les travaux de recontruction vont bon train, à la Ferme Lémidra.

 

Portrait de Patrick Dupuis

QUI EST PATRICK DUPUIS
Patrick est rédacteur en chef adjoint au magazine Coopérateur. Agronome diplômé de l’Université McGill, il possède également une formation en publicité et en développement durable. Il travaille au Coopérateur depuis plus de vingt ans.

patrick.dupuis@lacoop.coop

0 Commentaires