Des résultats records pour Agropur

par Patrick Dupuis

Photo : Robert Coallier et René Moreau, respectivement chef de la direction et président d'Agropur.

Au cours de sa 79e assemblée générale, le 14 février dernier, Agropur a dévoilé des revenus et un excédent d’exploitation sans précédent pour 2017. Le chiffre d’affaires a atteint 6,4 milliards $, en hausse de 7,7 %, et l’excédent d’exploitation, 444,1 millions $, en augmentation de 7,9 %. Les ristournes déclarées se chiffrent à 65,2 millions $, soit 8,5 % de plus que l’exercice précédent.

« Ma première année à titre de président a été marquée par la croissance : [en outre,] le volume de lait transformé a atteint 6,1 milliards de litres, en hausse de 2 % sur l’an dernier », a indiqué René Moreau.

L’accroissement des résultats de la coopérative s’explique entre autres par l’amélioration des prix du fromage, l’augmentation des volumes aux États-Unis et des acquisitions.

La stratégie d’expansion d’Agropur, commencée en 2008, n’est pas étrangère à ces résultats. Un milliard $ a été investi depuis 5 ans dans le développement de l’entreprise, a rappelé René Moreau. Des acquisitions ont été complétées cette année au Canada, soit avec les usines de produits laitiers congelés de Scotsburn, à Truro, en Nouvelle-Écosse, et à Lachute, ainsi qu’avec la part détenue par Agrifoods dans Aliments Ultima.

René Moreau a vivement réitéré son appui à la gestion de l’offre. « Tous les pays soutiennent leur industrie laitière. Dans la plupart des cas, il s’agit d’importantes subventions directes, a-t-il dit. Le Canada a choisi la gestion de l’offre, qui a fait ses preuves, favorise la concurrence et ne requiert aucune subvention. »

« Assez, c’est assez », a-t-il lancé en réponse aux concessions qu’accorderait le Canada en matière d’accès au marché des produits laitiers (3,25 %) dans le cadre des négociations du Partenariat transpacifique.

De même que pour les 17 700 tonnes de fromages importés sur 5 ans représentant, quant à eux, sous l’égide de l’Accord économique et commercial global, 2 % du quota canadien. Soulignons que depuis mai 2016, Agropur n’utilise plus de lait diafiltré américain.

Robert Coallier, chef de la direction de la coopérative, a fait état de la poursuite du développement d’Agropur sur la base des cinq piliers stratégiques qu’elle s’est fixée : stratégie des marques, innovation, leadership en matière de coûts, capital humain et développement national et international.

Pour atteindre ses objectifs, l’entreprise mise notamment sur la réduction de ses coûts. En février 2016, un objectif de 100 millions $ d’économies sur trois ans avait été annoncé. Après une deuxième année, l’entreprise en est déjà à 89 millions $. M. Coallier a précisé que la réduction des coûts vise l’amélioration des processus en usine.

Partenariat entre Agropur et la Caisse de dépôt

Agropur et la Caisse de dépôt et placement du Québec ont créé une plateforme de co-investissement destinée à l’innovation dans le secteur laitier.

Dotée d’une enveloppe de 40 millions $, financée en parts égales par les deux organisations, la plateforme investira dans des entreprises novatrices offrant des produits ou des technologies à fort potentiel de développement liées à l’industrie laitière.

La performance financière d'Agropur fait d'elle la première coopérative de transformation laitière en Amérique du Nord et le 20e plus important joueur mondial de l'industrie laitière.

Portrait de Patrick Dupuis

QUI EST PATRICK DUPUIS
Patrick est rédacteur en chef adjoint au magazine Coopérateur. Agronome diplômé de l’Université McGill, il possède également une formation en publicité et en développement durable. Il travaille au Coopérateur depuis plus de vingt ans.

patrick.dupuis@lacoop.coop

0 Commentaires