Cinq incontournables en silo-couloir

par Jean-François Lemay

Il est impossible d’obtenir la même quantité d’ensilage à la reprise que lors de la récolte. Plusieurs facteurs, tout au long du processus, peuvent entraîner jusqu’à 20 % de perte de matière sèche. On peut réduire ces pertes en suivant quelques principes.

1- Matière sèche

Avant d’être fauchée, la plante contient de 15 à 35 % de MS selon les espèces, la maturité et la météo.

Plus le taux de MS ciblé à la récolte sera élevé, plus il y aura de pertes au champ. Donc, récolter un ensilage à 50 % de MS se traduira par plus de pertes que le récolter à 35 %. Bien entendu, la structure d’entreposage restreindra la cible à atteindre.

De plus, la teneur en matière sèche visée à la récolte devrait tenir compte de l’espèce ensilée, sinon des pertes pourraient survenir lors de la fermentation.

2- Densité

La matière sèche aura également une grande influence sur la porosité (ou densité) de l’ensilage. La porosité représente les espaces non remplis par les végétaux dans un volume d’ensilage.

Ces espaces peuvent être remplis de liquides ou de gaz. Ils occupent un plus grand volume à mesure que la matière sèche augmente. Avec ce phénomène, l’air risque davantage de s’infiltrer et de contrecarrer la fermentation. Il faudra donc appliquer une plus grande force de compaction à mesure que le taux d’humidité baissera.

Il faudra ajuster le poids de la machine à compacter, contrôler l’épaisseur des couches d’ensilage épandu, et surveiller le temps passé à compacter l’ensilage entre les voyages.

3- Délai de fermeture

Une fois l’ensilage bien placé et compacté, il faut vite le recouvrir pour créer un milieu anaérobie. La fermentation s’enclenchera ainsi rapidement, ce qui réduira les pertes.

4- Consolidation de la toile

Pour fermer les silos-couloirs, une toile barrière d’oxygène est primordiale. Les pertes associées à son utilisation seront de loin inférieures à celles liées à l’utilisation d’une toile en polyéthylène. Mettre de la toile sur les côtés peut s’avérer un excellent choix pour sceller la masse d’ensilage.

Pour consolider la toile : pneus, tapis de caoutchouc, sacs de gravier, etc. aident à la maintenir en place. Lorsqu’on consolide les silos-couloirs, il faut gérer l’évacuation de l’eau de pluie, de la glace et de la neige. Sinon, il y aura des pertes de matière.

5- Reprise

Pour la reprise, une bonne gestion de la façade exposée de la masse d’ensilage est primordiale. Il faut s’assurer d’une consommation journalière suffisante, éviter de laisser trop longtemps de l’ensilage en tas démêlé, et veiller à ce que la surface du mur d’ensilage reste lisse, pour réduire les pertes par chauffage.

Lire le texte complet dans l’édition de mars du Coopérateur

Portrait de Jean-François Lemay

QUI EST JEAN-FRANÇOIS LEMAY
Jean-François est membre de l'Ordre des agronomes et agit comme conseiller spécialisé en production laitière à La Coop fédérée.

jean-francois.lemay@lacoop.coop

0 Commentaires