AEUMC : La Coop fédérée déçue des concessions accordées

par La rédaction

La Coop fédérée a toujours maintenu que le gouvernement fédéral devait protéger intégralement la gestion de l’offre et qu’elle ne devait pas servir de monnaie d’échange.

Elle est donc déçue des nouvelles concessions qui ont été accordées dans les secteurs du lait, de la volaille et des œufs dans l’Accord États-Unis Mexique Canada (AEUMC). « Nous sommes inquiets des impacts qu'auront ces concessions sur le développement des régions et le dynamisme rural », mentionne Ghislain Gervais, président de La Coop fédérée. C'est de l'avenir de milliers de familles agricoles et de leurs fermes au Canada dont on parle ici, poursuit-il. 

C'est aussi une question de respect des valeurs des consommateurs québécois et canadiens qui aiment la spécificité et la diversité des produits d'ici, estime le président de La Coop fédérée.

Soulignant que la libéralisation des échanges favorise généralement la croissance économique, M. Gervais mentionne néanmoins « qu'il est tout à fait légitime de vouloir protéger le patrimoine, le savoir-faire agricole et la sécurité alimentaire des Canadiens par le maintien du système de gestion de l'offre. »

La Coop fédérée attend les textes finaux de l'entente ainsi que les détails des mesures compensatoires pour mieux évaluer les répercussions de cet accord. « Il faudra analyser la portée des futurs programmes dédiés aux industries sous gestion de l'offre, de façon à déterminer s'ils compenseront équitablement les impacts négatifs de l'AEUMC dans les secteurs touchés », soutient M. Gervais. À ce sujet l'expérience vécue par les producteurs suite au PTP et à l'AECG n'est pas concluante, ajoute-t-il. La Coop fédérée entend d'ailleurs en discuter avec les représentants du gouvernement fédéral.

Malgré cette déception, l’entreprise est confiante que cette nouvelle entente contribuera au maintien et à l’augmentation de ses exportations de viandes porcines et autres denrées agricoles vers les États-Unis et le Mexique, l’un des piliers importants de sa stratégie de croissance globale.

Portrait de La rédaction

0 Commentaires